Méthodologie de modélisation et de caractérisation des réseaux spatiaux. Application au réseau viaire de Paris

Les graphes spatialisés soulèvent différentes questions qui intéressent plusieurs disciplines, depuis la biologie (veinures de feuilles, réseaux neuronaux) ou la géomorphologie (réseaux fluviaux) jusqu’aux études urbaines (réseaux de transports), sans oublier celle des réseaux d’énergie (réseaux électriques, de gaz ou de pétrole) et de télécommunication. Nous nous concentrerons ici sur les exemples apportés par les réseaux viaires. C’est à travers ceux-ci que nous définirons dans cet article d’abord un objet d’étude multi-échelle, la voie, puis cinq indicateurs liés qui permettront une lecture enrichie de la spatialité urbaine. Nous expliciterons ainsi les particularités des graphes inscrits dans l’espace. Nous appuierons l’importance de l’étude de leurs continuités et alignements. Nous soulignerons l’apport du développement d’indicateurs à partir de leurs propriétés topographiques et topologiques. Nous montrerons enfin qu’il est possible, à travers la construction de la voie, de faire une analyse multi-échelle, robuste et indépendante des effets de bord, d’un réseau spatial.
Voir l'article sur Cairn.info