La rue africaine, territoire de l'informel ?

Dossier  : « La rue, entre réseaux et territoires »
Par Jean-Fabien Steck
Le développement des petites activités commerciales et artisanales urbaines appartenant à ce que l’on a pris coutume d’appeler l’informel s’accompagne le plus souvent d’une importante occupation de la rue, sous diverses formes ambulantes et sédentaires, temporaires et permanentes. Cette occupation de la rue est liée à ce que cette dernière représente : un espace public, visible et ouvert ; une disponibilité foncière ; un axe de circulation. À travers des exemples pris à Abidjan et à Lomé, cet article décrit cette appropriation de la rue par les activités de l’informel, analyse l’utilisation qui est faite du conflit encombrement marchand de la rue/continuité des fonctions circulatoires et interroge les politiques urbaines, programmatiques, gestionnaires et régulatrices dont la rue est l’objet en tant que territoire de l’informel.
Voir l'article sur Cairn.info