Des ressources conventionnelles aux ressources non conventionnelles : l'approvisionnement moderne en eau de la ville de Barcelone

L'eau urbaine en Europe et en Amérique du Nord  : origines et développements
Par David Saurí, Hug March, Santiago Gorostiza
L’histoire de l’approvisionnement en eau de la ville de Barcelone se fait parallèlement à l’histoire de son processus d’urbanisation. À Barcelone, le stockage d’eau à distance au moyen de barrages, et l’extension du réseau d’adduction vers des ressources de plus en plus lointaines, ont été de règle pendant plusieurs décennies.
Dans cet article, nous montrons comment la capitale catalane et son agglomération ont essayé de résoudre la question des besoins croissants en eau, liés au développement urbain et économique. Cette quête d’eau a fini par conduire à se tourner vers des ressources locales. Mais désormais, il s’agit de ressources « non-conventionnelles » : une usine de dessalement de l’eau de mer à proximité du port, ainsi qu’une station d’épuration des eaux usées équipée d’un système de traitement moderne.
L’article est organisé en trois parties suivant un ordre chronologique. Dans la première partie, nous retraçons l’histoire de l’approvisionnement en eau de la ville depuis la fin de la guerre civile espagnole jusqu’aux années 1950. Cette période se caractérise surtout par le passage de l’utilisation des eaux souterraines aux eaux superficielles du fleuve Llobregat comme ressource principale de la ville. La deuxième étape s’étend de la fin des années 1950 au début du XXIe siècle et peut être divisée en deux phases : jusqu’à la mort du Général Franco (1975), l’âge d’or des barrages permet de transférer l’eau depuis d’autres bassins proches, situés à l’intérieur de la Catalogne orientale ; puis la crise de cette politique de barrages, voire de la politique espagnole de l’eau en général, entraîne l’abandon des projets de transfert depuis l’Ebre et le Rhône. La troisième période commence avec l’abandon en 2004 du projet le plus important du plan national hydrologique : le nouveau transfert d’eau depuis l’Ebre ; les transferts sont remis en cause au profit du recours aux ressources non-conventionnelles, au premier titre desquelles le dessalement de l’eau de mer.
Voir l'article sur Cairn.info