La qualité du logement comme variable environnementale : l'exemple de la région urbaine de Liège (Wallonie)

« Inégalités environnementales et écologiques  : quelles applications dans les territoires et les services ? »
Par Zoé Lejeune, Thomas Chevau, Jacques Teller
Cette contribution a pour objectif de mettre au centre de la réflexion sur les inégalités environnementales les qualités intrinsèques du logement (superficie, type de chauffage, salubrité, etc.). L’accès à un logement de qualité reste en Wallonie un important vecteur de différenciation sociale. Nous proposons de considérer les attributs du logement comme une variable environnementale susceptible de renforcer les inégalités socioéconomiques, au même titre que l’exposition au bruit, à la pollution atmosphérique ou l’accès aux aménités urbaines. A partir d’un indice de précarité socio-économique des quartiers, nous analysons les facteurs de renforcement des inégalités sociales et environnementales par la qualité du logement. L’étude de deux aménités urbaines - l’accessibilité par les alternatives à la voiture et l’accès aux espaces verts – permet de compléter cette approche. Nous mettons ainsi en exergue les spécificités des territoires urbains wallons – notamment au travers de l’analyse du cas spécifique de la région urbaine de Liège – et analysons comment ces aménités renforcent, compensent ou sont déconnectées – des inégalités sociales et en matière de logement.
Voir l'article sur Cairn.info