La gestion des déchets à Buenos Aires : vers l'émergence d'un service « durable » ?

« Mutations des services urbains  : le cas des déchets au Sud »
Par Marie-Noëlle Carré
Face aux enjeux sanitaires de la gestion des déchets dans les villes en développement, la mise en place de systèmes de recyclage est souvent présentée comme une préoccupation de second plan, qui devrait apparaître une fois la collecte et l’enfouissement technique assurés pour tous les habitants. Pourtant, à Buenos Aires (Argentine), alors que la crise de 2001 exacerbe la fragmentation socio-économique métropolitaine et accroît la différenciation de l’accès aux services urbains, émergent des pratiques, des acteurs et des territoires nouveaux pour la gestion des déchets. Organisés autour de la collecte sélective et de l’insertion des matériaux recyclables dans des circuits de revalorisation, ceux-ci activent des débats complexes qui interrogent le sens de la durabilité dans des débats autour des conditions de prestation d’un service définies en 1976: la sécurité des infrastructures d’enfouissement pour les ressources naturelles et la santé publique; l’incitation de la population au tri et à la réduction ; la reconnaissance des récupérateurs. Malgré la production d’outils de régulation des différents acteurs qui soudain occupent l’espace public pour participer à la gouvernance des déchets, les inerties d’organisation du service et les enjeux qui pèsent sur l’évacuation quotidienne de 15000 tonnes de déchets limitent considérablement la portée de ces réformes.
Voir l'article sur Cairn.info