Transporter l'eau : regards croisés sur les réseaux urbains et ruraux de l'eau en Suisse

Dossier  : « Le maillage suisse »
Par Emmanuel Reynard
Ressource-fluide, l’eau se laisse transporter et stocker pour satisfaire divers usages, dont les modalités et l’intensité ont changé au cours du temps. Cet article se propose de revisiter l’évolution historique du transport de l’eau en milieu rural et urbain. L’analyse croisée de trois usages de l’eau (eau de boisson, irrigation et hydroélectricité) et de la problématique de l’aménagement des eaux met en évidence l’interaction complexe entre la ville et son hinterland rural dans le domaine de l’eau. L’analyse montre que dans les trois domaines, les besoins importants et géographiquement localisés (prairies de fauche, villes en forte croissance, développement de l’hydroélectricité à accumulation) ont nécessité le recours à des transports au long cours et le développement de réseaux d’eau importants. Dans le domaine de l’aménagement, le XIXe et le XXe siècle ont considérablement artificialisé les réseaux naturels existants et les ont complétés par un nouveau réseau d’origine anthropique. Le développement de ces réseaux s’est accompagné de la création et de la transformation des institutions de gestion. Dans plusieurs cas, on a assisté à une rivalité entre les acteurs indigènes et l’influence d’acteurs allochtones, pourvoyeurs de capitaux notamment. La situation actuelle est caractérisée par une prédominance de la gestion par problèmes sur le modèle de la gestion intégrée par bassins versants et montre une certaine tension entre une gestion urbano-centrée, guidée par l’évolution des besoins des zones métropolitaines de la Suisse, et le modèle de la gestion par bassins versants, coordonnant l’ensemble des besoins et la disponibilité de la ressource à l’échelle de l’hydrosystème.
Voir l'article sur Cairn.info