Quelles politiques intermodales dans la planification territoriale ?

Dossier  : Politiques de déplacement et planification territoriale
Analyse des pôles d'échanges dans les plans de déplacements urbains
Par Cyprien Richer
L’objet de ce travail est d’examiner la « mise en scène » des pôles d’échanges dans 14 plans de déplacements urbains (PDU) mis en conformité avec la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain). Cet article propose d’approfondir la manière dont les autorités organisatrices de transport urbain (AOTU) « pensent » les pôles d’échanges lors du contexte particulier que constitue l’élaboration du PDU. On se demande si les pôles d’échanges, au-delà de leur participation à la « phraséologie » des procédures de planification, peuvent constituer un nouvel outil pour l’action publique locale. Pour cela, une déconstruction du discours des projets de déplacements urbains est effectuée pour saisir si les pôles d’échanges incarnent des problématiques d’intégration spatiale et intersectorielle dans des procédures qui sont censées mettre en œuvre ces enjeux.
Concernant la question spatiale, l’analyse montre que les pôles d’échanges et l’intermodalité apparaissent rarement dans les PDU comme des vecteurs d’interfaces entre les institutions. Suite aux changements de statuts et de périmètres des AOTU, les projets de pôles d’échanges semblent plutôt au service de l’identification du territoire communautaire. Au niveau intersectoriel, les PDU peinent à identifier des nodosités territoriales (selon l’expression de Claude Raffestin) qui pourraient en être le support de l’interface entre urbanisme et transport. Les PDU indiquent plutôt leur intention de « favoriser l’urbanisation à proximité de lignes de transport collectif » comme si les nœuds d’articulation des réseaux n’avaient pas de rôle particulier à jouer dans la structuration du territoire.
Au final, les résultats de cette recherche insistent sur le fait que, dans l’esprit des PDU, les pôles d’échanges semblent surtout associés à la construction d’un modèle de ville « insulaire », en servant tantôt de filtre (via les parcs-relais), tantôt de démultiplicateur de l’accessibilité au centre de l’agglomération et à toutes les échelles.
Voir l'article sur Cairn.info