Le territoire contre le réseau ? Fermetures de rues et nouvelles formes de gouvernance urbaine à Johannesburg, Nairobi et Ibadan

Dossier  : « La rue, entre réseaux et territoires »
Par Claire Bénit-Gbaffou, Seyi Fabiyi, Samuel Owuor
Johannesburg, Ibadan et Nairobi ont toutes trois connu récemment le développement rapide de quartiers enclos, c’est-à-dire de quartiers dont l’accès est contrôlé par un groupe de résidants grâce à la fermeture, partielle ou complète, temporaire ou permanente, des rues les desservant. Cette forme de repli territorial à préoccupation essentiellement sécuritaire pose d’importants défis au fonctionnement métropolitain – en termes de circulation et de mobilités, en termes d’exclusion et de fragmentation urbaines. L’article se propose d’examiner les conflits de pouvoir multiscalaires engendrés par les fermetures de rues, et leurs conséquences en termes de recomposition de la gouvernance urbaine, dans une approche comparative. La politisation des débats à Johannesburg où les questions de mobilité et de ségrégation prennent une résonance particulière, l’apathie publique à Ibadan où les formes d’auto-organisation sont domi-nantes, la formalisation croissante d’initiatives de gestion locale à Nairobi, offrent une palette d’interprétations politiques contrastées pour cette forme urbaine contemporaine partagée.
Voir l'article sur Cairn.info