De l'eau partout, pour tous. La naissance du service d'eau universel à Montréal au milieu du XIXe siècle

Dossier  : « Varia 2004 »
Par Dany Fougères
En 1863, tous les Montréalais, riches et pauvres, ont l’eau courante à la maison. Cet article retrace l’histoire de la mise en place du service d’eau universel à Montréal. D’abord entre les mains d’une entreprise privée, le service d’eau est municipalisé en 1843-1845. Toutefois, bien que de propriété publique, la desserte d’eau continue à se faire selon les conditions du modèle marchand, ce qui limite grandement son expansion. En fait, cette obligation (imposée par le législateur) et les incertitudes techniques associées à l’approvisionnement en eau à cette époque font en sorte que le passage de propriétaire privé à propriétaire public ne change rien à la situation. En 1851 toutefois, le législateur donne enfin à la municipalité le pouvoir d’imposer son service à chaque Montréalais en lui accordant un puissant outil juridique : l’obligation d’usage. La desserte de l’eau entre dans ce qu’il est convenu d’appeler le régime de prestation publique. Certes, l’obligation d’usage représente la naissance du service universel et elle n’est accordée qu’une fois démontré l’intérêt public (voire général) d’une telle procédure « coercitive », mais l’obligation d’usage permet aussi une « opération » de financement que les dirigeants municipaux espéraient depuis un certain temps. Intérêt technico-financier du dépositaire (public) de service et intérêt général d’une population vont donc se rencontrer, conduire au service universel de l’eau et ainsi générer une solidarité (forcée certes) urbaine.
Voir l'article sur Cairn.info