La numérotation des routes françaises. Le sens de la nomenclature dans une perspective géographique

Dossier  : « Varia 2004 »
Par Antoine Beyer
La numérotation des routes françaises s’inscrit dans un processus historique séculaire, où les grands événements politiques et techniques ont laissé leur marque. La matrice napoléonienne constitue ainsi un moment fondateur du système. Longtemps cantonnés à un usage d’administration et de gestion, les numéros gagnent un usage public avec l’avènement, au tout début du XXe siècle, de nouvelles mobilités liées à la voiture et au vélo qui exigent une meilleure lisibilité de la route. À partir des années 1970, le développement autoroutier va profondément perturber les logiques antérieures. Le déclassement d’un nombre important de routes nationales brouille la géographie héritée des numéros, au moment où émergent d’autres principes de classement. Les récentes évolutions témoignent d’une évolution politico-administrative de la France qui accuse une certaine atténuation de la centralité au profit d’une régionalisation autoroutière et d’une très discrète numérotation européenne.
Voir l'article sur Cairn.info