Les satellites dans les réseaux de télécommunications : l'échec des constellations mobiles

Dossier  : 2001, Réseaux en orbite
Par Laurent Gille
L’idée de placer sur orbite spatiale des relais de télécommunications à été proposée par Arthur C. Clarke dès 1945. En juin 1990 Motorola annonce son intention de construire un système mondial de communications mobiles par satellites baptisé Iridium. L’entreprise américaine veut créer un nouveau marché. Son pari audacieux laisse de nombreux observateurs sceptiques mais attire des investisseurs prêts à soutenir un projet à risque. Entré en service le 1er novembre 1998, le réseau est débranché le 17 mars 2000 en laissant une ardoise de plus de quatre milliards de dollars. C’est un échec considérable pour l’une des entreprises les plus brillantes de l’ère électronique. Celui-ci s’explique par les difficultés opérationnelles rencontrées, par une surestimation du marché potentiel mais également par un positionnement marketing déficient. Les projets Globalstar et ICO connaîtront également de graves difficultés. En juillet ICO se retirait, laissant à Globalstar le terrain libre. Cette dernière avait cependant déjà accumulé 1,3 milliards de dollars de pertes. La sphère financière, séduite par ce nouveau marché risque à l’avenir de dédaigner ces secteurs avec des conséquences stratégiques qui s’avéreront sans doute considérables pour de nombreux acteurs.
Voir l'article sur Cairn.info