Voiture autonome : la fin des territoires de l’automobile ?

Par Gabriel Dupuy
Partant de l’analyse des années 1990, cet article propose une vision prospective pour les années 2020. Libérer le conducteur des tâches de conduite et rendre la voiture plus autonome semble être la perspective actuelle de l’automobile. La future voiture intelligente et autonome a besoin d’être orientée vers une plus grande mobilité humaine. Mais l’ambiguïté semble être au cœur même de la recherche. D’une part, la voiture semble rester indispensable à la vie des conducteurs qui ont repensé leurs itinéraires. La dépendance automobile est devenue aujourd’hui très importante. Néanmoins, la voiture autonome ne vient pas de rien. La dépendance vient du passé lointain avec des facteurs très puissants que de nombreuses décennies de dépendance peuvent justifier. Un scénario probable pourrait alors être double. Nous aurions certainement de nouveaux véhicules et composants très autonomes, par rapport à aujourd’hui. Cela permettrait aux conducteurs beaucoup plus de possibilités de redessiner leurs itinéraires de manière plus personnelle et différenciée. Mais en même temps, nous observerions également le maintien du réseau automobile « classique » qui resterait longtemps le même, dans une sorte de confinement spatial. Ce confinement remettrait probablement en question la nature libératrice héritée de tant d’années d’utilisation de la voiture. Ce double scénario affirmerait fortement, beaucoup plus qu’aujourd’hui, la différence ségrégative entre un réseau automobile « premium » et le réseau automobile ordinaire.
Voir l'article sur Cairn.info