Essai de caractérisation de la mobilité interurbaine en France : des pendulaires et pendularités hétérogènes

Par Benoit Conti
L’étude de la mobilité quotidienne atteste du rôle des facteurs géographiques et socio-économiques dans les différences de pratique entre individus. Toutefois, en France, une très large majorité des travaux de recherche se concentre sur les déplacements circonscrits aux espaces fonctionnels des agglomérations, et oppose notamment les périurbains aux urbains. Cet article vise à fournir une analyse complémentaire de ces études en proposant une quantification nationale d’une autre pratique de mobilité : la mobilité interurbaine. À partir des fichiers du recensement, une diversité des profils d’individus est rencontrée et la place des actifs interurbains à destination de Paris, très présente dans la littérature, est relativisée. Le profil général du navetteur interurbain à l’échelle nationale correspond, certes à des individus jeunes, masculins et diplômés de l’enseignement supérieur, mais des individus dont les caractéristiques individuelles et géographiques sont plus variées que celles parfois présentées dans les recherches sur les grands mobiles qui participent à cette forme de mobilité. Une modélisation graphique des déplacements de ces individus montrent que ces déplacements connectent principalement des espaces urbanisés, sur des distances courtes, 37 km en moyenne, et en automobile (88 %).
Voir l'article sur Cairn.info