Les drives : une proximité renforcée ou réinventée ? Quand la distribution alimentaire connectée réécrit les territoires d’approvisionnement des consommateurs

Le retour de la proximité !
Par Samuel Deprez
Le drive constitue sans nul doute aujourd’hui, à travers les 3500 points de retrait qui maillent le territoire national, l’expression la plus visible du commerce alimentaire connecté en France. Impulsé par la grande distribution, le mouvement s’est progressivement élargi à des acteurs plus inattendus issus du monde rural sous la forme de drives fermiers ou agricoles. Le point de retrait prend désormais place dans l’« univers d’approvisionnement » des foyers aux côtés des autres circuits de vente, parfois sur le registre de la complémentarité, d’autres fois sur celui de la concurrence, et redéfinit aussi leurs « territoires d’approvisionnement ». Ces changements dans la fréquentation des lieux du commerce portés par le numérique sont analysés à partir d’une lecture croisée des pratiques des clients de deux drives normands – l’un d’enseigne, l’autre fermier – interrogés lors de deux enquêtes de terrain. Elle met en lumière les différentes formes de proximités qui président au développement des drives, à leur fonctionnement et autour desquelles s’effectue l’adhésion de la clientèle, entre permanences et nouveautés. Elle illustre aussi par l’exemple les effets territoriaux de cette « e-alimentation » longtemps restée discrète et qui porte le renouveau de ce secteur d’activité.
Voir l'article sur Cairn.info