Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Circulation des matières, économies de la circularité
Par Olivier Zeller
Jusqu’au XVIIIe siècle, les excréments produits par la population de Lyon étaient soit puisés dans les fosses par les maîtres des basses œuvres qui les déversaient dans les cours d’eau, soit ramassés dans les rues par des paysans qui les utilisaient comme engrais. La nouvelle sensibilité aux odeurs et les progrès du discours médical suscitèrent après 1750 des préoccupations d’édilité spécifiques, l’autorité municipale s’appuyant sur les travaux de l’académie des sciences de Lyon. Ceci suscita l’éclosion d’entreprises de vidange proposant des techniques améliorées et un recyclage continu, ce qui répondait aux préoccupations des membres des sociétés d’agriculture. La ville utilisa alors plusieurs de ses faubourgs comme lieux de stockage, ce qui engendra de fortes résistances.
Voir l'article sur Cairn.info